Séminaire virtuel de lancement du projet « Makanati »

 

28 et 29 septembre 2020

France, Irak, Yémen

 

 

Le programme Makanati (qui signifie en arabe « ma place »), vise à une plus large participation des femmes dans les médias irakiens et yéménites et à une meilleure compréhension de leurs préoccupations par la population, notamment à travers la production et la diffusion de contenus médiatiques les concernant. Ce programme entend aussi renforcer les compétences professionnelles des femmes journalistes et futures journalistes dans ces deux pays pour encourager leur capacité d’accès à des postes décisionnels dans les médias et les sensibiliser à l’égalité des genres et aux droits des femmes.

 

Lors du séminaire virtuel de lancement de ce programme, une trentaine d’intervenantes principalement des deux pays – d’Irak et du Yémen, mais aussi d’autres pays[1] ont pris la parole. Près de 200 participant.e.s  majoritairement originaires des villes et régions de l’Irak et du Yémen[2], au nord comme au sud et reflétant la diversité de l’ensemble des composantes de la population irakienne et yéménite ont assisté aux quatre sessions, partageant ainsi un intérêt commun pour une meilleure place pour les femmes dans les médias.

 

Le séminaire a permis d’analyser la situation des médias irakiens et yéménites qui, à l’image des sociétés, enferment les femmes dans des perceptions stéréotypées contribuant ainsi à leur invisibilisation. Le conservatisme des sociétés pèse négativement sur la carrière des femmes et s’accompagne d’absence d’opportunités d’ascension professionnelle, notamment d’accès aux postes de direction. Il a été souligné que la mise en réseau et la solidarité régionale, voire internationale entre femmes journalistes pouvait faire bouger les lignes dans ce domaine. 

 

Les femmes journalistes font face à des discriminations et des violations de leurs droits dans des contextes où les appareils juridiques sont inadaptés et où les situations d’impunité deviennent la norme. Actuellement, les femmes en particulier au Yémen, doivent contourner les lois imposées se mettant ainsi en danger comme lorsqu’elles voyagent avec une fausse identité. La loi, pour l’instant, n’est pas de leur côté et elles ne peuvent réclamer justice. En Irak, les lois existent, par exemple l’article 38 de la constitution irakienne, mais dans les faits, elles ne sont toujours pas respectées. De surcroît les structures qui défendent les journalistes sont dirigées par des hommes qui ne se sentent pas concernés par les menaces que subissent leurs consœurs. Pour aider à combattre cette discrimination, les médias doivent diversifier leurs angles de vue et les récits, donner à connaître la parole d’expertes et affirmer une vision des femmes comme participantes dynamiques et pleinement actrices de la société actuelle. Proposition a été faite de créer une plateforme média indépendante, gérée par des femmes engagées pour la paix et qui proposerait des contenus réalisés par et pour les femmes. 

Plus généralement, les femmes présentes ont marqué leur volonté de continuer leurs missions de journalistes sur le terrain. En l’absence d’un cadre juridique adéquat, elles se saisiront de chaque occasion pour prendre la parole, faire parler de leurs rôles, et encourager le débat d’idées et le dialogue. Le leadership féminin requiert de la visibilité et la capacité d’influencer les autres et de les guider. Durant les témoignages, les intervenantes yéménites, d’une détermination hors du commun, ont appelé les Nations-Unies à consacrer la décennie à venir aux femmes leaders, à tous les niveaux.

 

Forte de ces échanges et encouragée par les participantes du séminaire, l’équipe qui anime le projet Makanati va pouvoir offrir à ces femmes journalistes et futures journalistes d’Irak et du Yémen des formations en ligne de sensibilisation à l’importance des droits des femmes et à l’égalité hommes-femmes. Il y aura également des sessions de renforcement des compétences professionnelles à l’attention des femmes journalistes et des étudiantes en Irak et au Yémen. Enfin, Makanati proposera des formations en production de contenus médiatiques couvrant les défis auxquels les femmes sont confrontées, les questions des droits des femmes et de l’égalité des genres. Ces contenus seront diffusés sur la plateforme Makanati qui sera inaugurée le 2 février 2021. Un  état des lieux de la place des femmes dans les médias sera établi et un réseau de femmes journalistes (Irak, Yémen, Moyen-Orient en général) se concrétisera pour prolonger les résultats du projet Makanati.

 

Ce programme s’inscrit dans un contexte favorable qui est celui de la priorité donnée par le Gouvernement français pour la promotion de l’égalité femmes-hommes dans le monde (et particulièrement celle de la lutte contre les violences faites aux femmes). Cette action est rendue possible grâce à l’appui du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères de France, et de CFI, l’agence française du développement des médias, filiale de France Médias Monde. Les représentant/es du Gouvernement irakien et du Gouvernement régional kurde sont associés à ce programme dans le cadre de leurs engagements en vue de l’amélioration de la place des femmes dans les médias.

 

La Directrice de l’association AHJ - Aide humanitaire et journalisme est la déléguée générale de ce programme. Makanati est mis en œuvre par l’équipe d’AHJ, une association internationale fondée en France en 2017 et enregistrée au Kurdistan d’Iraq en 2019 qui agit en faveur du journalisme pour les droits humains (#Journalismforhumanrights). Le Forum irakien des femmes journalistes et le Centre des études et des économies des médias au Yémen participent également à ce programme en tant que partenaires locaux.

 

 

[1] Autres pays : France, Jordanie, Royaume-Uni, États-Unis, Qatar, Bahreïn, Égypte, Tunisie, Liban, Maroc, Arabie Saoudite

[2] Yémen : Sanaa, Aden, Taiz, Ibb, Thimar, Hatharmout, Hija, Al Mahwit - Irak : Bagdad, Mosul, Babil, Samara, Ziqar, Al Qadessyah, Anbar, Samawa, Karbala - Région du Kurdistan d'Irak : Erbil, Duhok, Koya, Kirkuk, Soulaimaniyah, Halabja, Duhok

makanati@aide-humanitaire-journalisme.org 

  • Facebook
  • Twitter

AHJ is an association registered under French law (1901), founded in France (2017) and registered in the Kurdistan region of Iraq since 2019. It allows the people in the conflict zones, especially women, to train in journalism and creativity to assert their rights to freedom of expression, information and education.